Jouez au blackjack en ligne gratuitement

Blackjack

Vous avez envie de vous mettre au Blackjack ? Ce jeu vous attire et vous n’avez pas osé vous assoir à une vraie table de jeu ? Maintenant qu’il existe des versions en ligne vous voulez franchir le pas, mais avec un minimum de préparation. Bienvenu, vous êtes au bon endroit. L’attrait qu’il suscite se justifie par le fait que les chances de gains dépendent grandement des décisions du joueur. Ici, nous allons vous transmettre la culture nécessaire à la compréhension de ce divertissement passionnant.

Nous vous expliquerons les règles simplement en vous proposant des titres gratuits sans téléchargement pour vous entraîner. Puis, pour couronner le tout, nous vous dévoilerons les meilleures techniques utilisées par les experts en la matière. Après avoir lu cet article, vous vous sentirez bien plus confiant pour vous lancer dans le monde fascinant du Blackjack.

L’histoire du blackjack

Tout a commencé avec le 31

Au XIVe siècle, le 31 était le jeu de cartes qui prenait la forme la plus proche de ce que deviendra le Blackjack. À cette époque, il était constitué de 14 cartes de quatre couleurs et 22 atouts, le but était d’atteindre 31 points, avec 3 d’entre elles, sur une main. La célèbre œuvre « Gargantua et Pantagruel » de Rabelais y fait référence.

Le sept et demi et le vingt-et-un, les autres influences

Le sept et demi demeurait très populaire en Italie, la main ne devait pas dépasser 7,5 et le croupier possédait plus de pouvoir. Mais il se jouait avec des cartes classiques démarrant à partir du chiffre 7, les figures représentaient un demi-point. Par la suite, un dérivé appelé 21 se démocratisa en France. Il attire beaucoup d’adeptes à la cour royale, comme Madame du Barry, maîtresse de Louis XV. Peu de temps après la Révolution française, il est exporté en Amérique.

La naissance du valet noir

Aux États-Unis, pour attirer plus de clients, les casinos ont amélioré la règle en attribuant un bonus de 10 contre 1 pour la combinaison du valet noir et de l’as de pique (aujourd’hui, ce n’est plus le cas). C’est ainsi que le jeu héritera du nom de Blackjack. Là-bas, il devient rapidement un divertissement de pari attractif, mais il sera, comme tous les autres, accusé de favoriser la corruption. De ce fait, son évolution s’accélère réellement à Las Vegas. Car dans les années 1930, le Nevada était l’un des seuls États où la pratique des jeux d’argent restait libre.

L’attrait du numérique

Avec les débuts d’internet, les premiers casinos virtuels émergent vers la fin des années 1990. Parallèlement, la pratique du Blackjack dans les casinos physiques recule à cause de la progression des machines à sous. Ces dernières beaucoup plus accessibles à tous les profils deviennent plus populaires. Par ailleurs, les tables de Blackjack sont davantage fréquentées par les experts. Par conséquent, sa version numérique attire les débutants intimidés qui complexent à l’idée de se mesurer réellement aux joueurs confirmés.

Comment jouer au blackjack en ligne

Les règles du jeu

Dans une partie en ligne, vous devez battre avec d’autres joueurs la banque et son croupier. Pour ce faire, il suffit de comptabiliser plus de points que lui sans jamais franchir le seuil de 21. La table de Blackjack est en forme de demi-cercle. Vous trouverez au centre de celle-ci l’emplacement des cartes du croupier (la banque) et tout autour celui des jeux et des mises des joueurs. La banque dispose du sabot, un distributeur de cartes contenant en général plusieurs paquets, appelés « decks ». Une partie se déroule ainsi :

Les participants sont invités à soumettre leur mise sur la table.

  • Le croupier distribue deux cartes faces visibles à chaque joueur et également deux pour lui dont une seule est retournée.
  • En fonction de son jeu, chaque joueur peut alors demander de tirer une nouvelle carte ou d’en rester là. Selon certaines situations, d’autres options s’offrent à lui, mais nous verrons cela plus loin.
  • Le croupier retourne sa seconde carte, s’il totalise moins de 17 points, il pioche une nouvelle carte, jusqu’à dépasser ce seuil.

Ensuite, plusieurs scénarios sont possibles :

  • Le croupier dépasse 21, on dit alors que la banque brûle. Les joueurs ressortent tous victorieux et doublent leur mise.
  • Si la banque ne brûle pas, les joueurs ayant plus de 21 points perdent ce qu’ils ont misé. On dit qu’ils sautent.
  • Les participants comptant plus de points que le croupier sans franchir la limite du 21 empochent le double de leur pari.
  • Ceux qui égalisent la banque récupèrent leur mise.
  • Les joueurs possédant moins de points que le croupier perdent leur mise.

La valeur de chaque carte se compose ainsi :

  • Les cartes de 2 à 9 ont leurs valeurs nominatives.
  • Les figures (roi, reine, valet) et le 10, appelées bûches, valent 10 points.
  • Les As sont équivalents à 1 ou 11 points selon la combinaison. Par exemple, si vous avez un As et un 4, vous comptabilisez soit 5, soit 15. À ce stade, on gardera la valeur la plus haute. En revanche, admettons que vous demandiez une autre carte, si celle-ci est supérieure à un 6, votre As vaudra 1 (pour ne pas dépasser 21), si celle-ci y est inférieure, alors il pourra valoir 11.
  • Petite précision, il n’y a pas de joker dans le Blackjack. N’hésitez pas à vous entraîner gratuitement en ligne.

C’est quoi alors un blackjack ?

Le blackjack c’est la combinaison d’un as avec une bûche (un 10 ou une figure), cela équivaut à un score parfait de 21 avec seulement une paire de cartes. Avec un tel jeu, 4 options sont possibles :

Vous battez le croupier avec un blackjack, votre mise est multipliée par 1,5.

  • Vous et le croupier faites un blackjack, vous conservez votre pari.
  • Vous faites blackjack et le croupier atteint 21 avec une autre combinaison de cartes (ex : 4 +7 +10), vous remportez tout de même une fois et demie votre mise.
  • Vous totalisez 21 avec plus de 2 cartes et le croupier possède un blackjack, alors vous perdez.
  • Le Split ou « séparer »: À chaque tour, les participants peuvent prétendre à d’autres actions que « tirer » ou « rester ». Dans le cas où le joueur hériterait de 2 cartes de valeur identique, il peut choisir de les séparer. De cette façon, il devra positionner une mise similaire sous la carte séparée. À partir de là, il pourra tirer pour compléter ses deux mains.

Le double up ou « doubler »: Si le joueur estime qu’il est en posture favorable, il peut doubler sa mise après avoir reçu sa première donne. Néanmoins, ce choix implique l’obligation de prendre une carte supplémentaire et seulement une.

Le surrender ou l’abandon: Pas toujours possible, selon les règles propres au casino, l’abandon peut néanmoins être envisagé, lors de la première donne par le joueur estimant que ses chances de gagner sont nulles. Dans ce cas, il ne perd que la moitié de sa mise.

Le side bet ou l’assurance: Le pari latéral constitue une option disponible lorsque la carte visible du croupier est un as. Il propose alors aux participants de prendre une assurance pour se couvrir en cas de blackjack de sa part. Les volontaires doivent dans ce cas mettre sur le côté la moitié de leur mise initiale. Si finalement la banque obtient un blackjack, vous perdez votre mise principale, mais votre assurance est multipliée par 3. Par conséquent, vous récupérez la somme d’origine. Exemple : première mise=6, assurance=3 donc vous dépensez 9, blackjack du croupier, première mise=0, assurance=3×3 donc 9.

Faut-il prendre l’assurance du croupier ?

À première vue, l’assurance semble être une sage invitation à la prudence de la part du croupier. De plus, certains vous conseilleront de l’utiliser. Toutefois, cette option ne s’avère pas judicieuse la plupart du temps. En effet, sur le long terme les statistiques montrent que la banque récupère un avantage d’environ 6 %. Cette bienveillance apparente n’est donc pas en votre faveur. En revanche, il existe une situation où l’assurance devient intéressante. C’est lorsque vous possédez vous-même un blackjack, car en cas d’égalité avec le croupier, sans assurance vous ne recevrez aucun gain, tandis qu’avec celle-ci vous récolterez au moins le gain de votre side bet.

Les différentes stratégies au Blackjack

la stratégie de base

Ce jeu reste très apprécié, car il laisse la place à la stratégie, le hasard semble donc un élément mieux contrôlé. Le joueur jouit de plusieurs options pour chacune de ses actions. Par conséquent, ce divertissement se prête facilement aux variables et aux calculs de probabilité. Il n’est donc pas étonnant que le probabiliste américain Edward Oakley Thorp ait étudié le sujet. Il rendra célèbres la stratégie de base et le comptage au Blackjack grâce à son livre à succès : « Beat the Dealer » (battre le croupier en français).

La tactique de base prend la forme d’un tableau qui dicte les meilleures actions en fonction des cartes tirées par le croupier (en colonne) et les cartes de sa main (en ligne). Mémoriser celui-ci paraît complexe, néanmoins, sur internet, rien ne vous empêche d’y jeter un coup d’œil pour vous y référer. De plus, certains résultats peuvent s’apprendre.

Pour vous aider à comprendre, voici 8 règles d’or extraites de ce fameux tableau :

S’abstenir de tirer une carte avec un score situé entre 17 et 21.

  • Restez tranquille également lorsque votre main compte entre 12 et 16 points et que la banque en totalise entre 2 et 6, mis à part si vous avez un as.
  • Doublez votre mise dès lors que vous disposez d’une main entre 9 et 11 et que celle du croupier se situe entre 2 et 9, et tirez s’il en possède une autre.
  • Séparez votre jeu si vous héritez de deux 8 ou de deux As.
  • Réalisez un split si vous obtenez une paire de 7 et que le score adverse est inférieur à 8.
  • Ne jamais opter pour l’assurance.
  • Doublez si vous cumulez un total de 10 ou 11 et que la carte visible de la banque affiche un chiffre inférieur.
  • Abstenez-vous toujours de doubler avec une paire de 10.

Précisons tout de même que ces principes peuvent s’avérer différents selon les variantes du jeu et les règles exclusives à certains casinos.

La stratégie avancée

Pour diminuer un peu plus l’avantage du casino, combiner cette précédente astuce à une autre méthode demeure possible. Les plus expérimentés savent utiliser également le comptage des cartes. Associée à la stratégie de base, cette tactique permet d’affiner l’anticipation des tirages.

La technique du comptage des cartes

Entouré de mythes, le comptage de cartes au Blackjack fascine. Il est communément attribué aux férus d’arithmétiques, capables de prouesses mentales supérieures. Pourtant, cette technique, avec un peu d’entraînement, reste accessible à tous. Nous vous proposons d’ailleurs, dans cette rubrique, une présentation détaillée de cette méthode. Cette tactique peut s’avérer si efficace, qu’elle est traquée dans les casinos terrestres et la plupart du temps interdite. Toutefois, la pratiquer derrière votre écran vous garantit l’assurance de ne pas vous faire repérer. Cependant, pour contrer son effet, les decks sont plus régulièrement rebattus, soit avec un algorithme, soit manuellement par le croupier en live. Il existe plusieurs procédés différents pour l’appliquer (Hight Low, True Count, etc), mais son principe demeure toujours globalement le même. Le but est de prévoir les prochaines cartes en observant les tirages précédents. Pour cela, on attribue à chaque catégorie de cartes un score servant de base de calcul de probabilité. En additionnant les cartes déjà tirées, vous parvenez alors à juger si les suivantes seront fortes ou faibles. Cette astuce ne prétend pas vous promettre la victoire à tous les coups, en revanche, elle peut sensiblement vous y aider.

Les variantes géographiques de ce jeu de table stratégique

Même si les deux versions restent sensiblement identiques, des différences demeurent au niveau de la distribution, des actions autorisées et du seuil du croupier.

Le Blackjack européen

Pour cette variante, lors de la distribution des cartes, le croupier donne directement 2 cartes à chaque joueur, puis une seule pour lui. Il pioche la deuxième uniquement une fois que tous les joueurs terminent leur tour. Ensuite, s’il atteint le chiffre 17, il doit encore tirer une fois. Lorsque les participants doublent, la carte supplémentaire imposée est disposée face visible. Enfin, les règles européennes n’autorisent pas l’abandon.

Le Blackjack américain

Avec la version outre atlantique, le croupier pose d’abord une seule carte à chaque joueur et à lui-même. Ensuite, il redistribue dans un second tour de table les deuxièmes et dispose la sienne face cachée. Contrairement à la variante européenne, lorsque les participants doublent, la carte attribuée en plus demeure face cachée jusqu’au tirage final de la banque. Si son total atteint 17, il ne tire plus de carte. Pour finir, afin d’accorder une chance aux perdants de limiter les dégâts, les casinos américains autorisent l’abandon. Toutefois, il en existe deux sortes, le late surrender et le early surrender. Le premier s’emploie quand le joueur décide d’abandonner après que le croupier ait révélé sa main et le second s’utilise avant.

Un divertissement possible en live

Comme tous les jeux de tables, il reste indissociable de l’ambiance grisante des casinos. C’est pourquoi sa version live remporte tant de succès. Elle permet notamment d’allier cette aura particulière au confort de son domicile. Vous accédez aux prestiges d’une véritable table de jeu sans vous soucier de l’apparat ni de votre technique. En outre, vous pouvez commencer une partie à n’importe quelle heure. À travers votre écran, un véritable croupier en direct d’un studio d’enregistrement vous affronte en mode multijoueur. Cela rassure les plus méfiants envers les logiciels de jeu en ligne qui les soupçonnent de manipuler les résultats. Cette mauvaise réputation demeure pourtant infondée, car tous les fournisseurs de jeu d’argent virtuel sont régulièrement et scrupuleusement audités pour certifier l’équité. Autres avantages, les règles peuvent bénéficier d’améliorations bonus selon les casinos en live et les niveaux de mise sont très variés. Le principal éditeur à avoir proposé ce format très tôt est Evolution Gaming. Aujourd’hui, vous pouvez également découvrir cette manière de jouer avec NetEnt Live, Visionary Igaming, ou Microgaming Live.

Jouer au Blackjack sur mobile

Toutes les versions en ligne sont également jouables sur mobile, à condition d’être connecté à internet. Vous pouvez les retrouver sans téléchargement avec le navigateur de votre smartphone et tablette, ou via une application IOS ou Android. De cette manière, il devient encore plus facile de s’adonner à ce divertissement de n’importe où. Par ailleurs, même sur petit écran la résolution haute définition rend l’expérience très immersive comme avec les titres en live d’Evolution Gaming. D’autres développeurs comme PKR Limited proposent aussi le jeu avec des graphismes 3D (PKR Blackjack 3D), il vous permet en plus d’incarner plusieurs participants pour multiplier vos mains. Ensuite, vous trouverez aussi bien des versions gratuites de Blackjack en ligne que des versions avec dépôt d’argent réel. Vous ne manquerez pas de choix, de nombreuses plateformes offrant des jeux de tables virtuels s’adaptent au format téléphone. Vous pourrez par exemple vous y essayer avec : Unibet, Betclic, Casino Netbet, Bwin ou encore Crésus Casino